Toute une année pour célébrer le 40ème Festival de Torroella de Montgrí


Torroella de Montgrí, le 21 mai

Depuis le rêve initial de monter un grand festival, en été 1981, lorsque cette aventure a débuté, l’histoire du Festival de Torroella de Montgrí a été pleine de rêves que nous avons peu à peu réalisés. Nous souhaitions en cette année 2020 pouvoir fêter la 40ème édition du Festival avec une programmation splendide. La pandémie du COVID-19 a bouleversé nos perspectives en la matière, mais nous ne voulons pas y renoncer. Aussi l’été de fête musicale que nous avions prévu pour 2020, entre le 23 juillet et le 21 août, se transformera-t-il en une année entière de célébration du 40ème Festival de Torroella de Montgrí, année qui débutera le 23 juillet 2020 et prendra fin en août 2021.

Le coup d’envoi du 40ème Festival de Torroella de Montgrí sera donné le 23 juillet prochain, soit à la même date que le concert d'ouverture de la première édition du Festival, en 1981. Ce sera le début d’une année entière d’événements qui culminera durant l’été 2021 avec la reprise d’une partie de la programmation musicale que nous avions préparée pour cet été et que nous ne pourrons pas offrir en raison des restrictions imposées du fait de la pandémie. Des événements que nous adapterons au fur et à mesure aux directives sanitaires que pourront dicter les autorités, afin de garantir les conditions d’hygiène et de sécurité des artistes, du public –dans l’hypothèse où des concerts avec du public pourraient avoir lieu cet été– et de toute l’équipe qui rend le Festival possible.

Nous avons déjà commencé à travailler sur un documentaire concernant l’histoire et le parcours du Festival de Torroella qui sera diffusé sur TV3 et La 2, et nous étudions la possibilité d’organiser, fin juillet, un concert sans public à l’auditorium Espai Ter avec la collaboration de la Corporació Catalana de Mitjans Audiovisuals et de RTVE Catalunya, qui le retransmettraient en direct à la radio et à la télévision. Nous travaillons également sur une exposition commémorative du 40ème anniversaire du Festival et l’organisation d’un cycle de conférences qui seraient retransmises en direct via nos chaînes numériques. Les détails des événements prévus pour cet été seront publiés prochainement.   

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à tous ceux qui ont contribué à préparer la programmation du Festival 2020, maintenant reporté à 2021, et à la transformation de la 40ème édition en une année de célébrations qui nous permettront de rester en contact avec le public. Je voudrais également remercier les administrations publiques et les sponsors pour leur soutien et leur compréhension, et notre cher public pour sa fidélité.

Avec le même enthousiasme que toujours, nous nous employons à adapter la programmation aux nouvelles circonstances imposées et à garder vivant l’esprit du Festival de Torroella de Montgrí qui, cette année, malgré les difficultés imposées par la pandémie du COVID-19, tient à fêter son 40ème anniversaire.

Nous espérons vous voir dès que possible.

Ce sont des moments difficiles, mais avec l’aide de la musique, nous nous en sortirons !

Prenez bien soin de vous.

×

Torroella, ville musicale

De par sa situation géoéconomique et socioculturelle, la ville de Torroella de Montgrí a toujours été ouverte aux différentes influences musicales tout au long de son histoire, une qualité qui s’est perpétuée grâce à la prédisposition de ses habitants et aux efforts constants dont ont fait preuve ses institutions et associations. 

Les vestiges d’anciennes civilisations, la musique des grands centres de culte – ainsi que les monarchies qui ont introduit les musiciens d’origine française et l’Ars nova – et les échanges avec d’autres pays sont des éléments clés pour l’innovation musicale – phénomène auquel a aussi contribué la noblesse catalane –, qui font que les chapelles de musique sont de plus en plus auréolées de prestige. Torroella de Montgrí n’échappe pas à cette inertie. La cour, qui réside dans la cité, disperse sa suite de troubadours et musiciens dans les maisons nobles et les manifestations populaires et festives. Toute la population respire la musique. 

Aux xive, xve et xvie siècles, qui connaissent un grand essor économique, sont créés les corporations et patronages musicaux de Sant Genís. Différents documents municipaux évoquent des métiers liés à la musique et aux arts : musiciens, maîtres de chant (datant déjà de 1515), constructeurs d’autels et retables, imagiers... Une nouvelle classe sociale aisée naît et va développer l’activité festive et musicale. 

Plusieurs études de Joan Radressa i Casanovas établissent une liste très exhaustive de noms et responsables de la paroisse, des données extraites du Livre « de Possessions » (xive siècle) et du Livre « de la Consueta » (xviiie siècle). La Chapelle de Musique de la ville a disparu au xixe siècle, bien que le gros de la documentation sur son existence ne date que du début du xviiie siècle. 

Tout porte à croire que la musique de plain-chant et de chant polyphonique y étaient largement présentes. Le compositeur et organiste Francesc Civil i Castellví a décrit l’importance de la Chapelle de Musique de Torroella et de ses musiciens, souvent réclamés par la Chapelle de Musique de la Cathédrale de Gérone. De même, Xavier Daufí, dans sa thèse de doctorat, relate la première à Torroella de deux oratoires de style italien. 

Malgré les fluctuations économiques, tout laisse à penser que la Chapelle de Musique de Sant Genís s’est maintenue dans ses deux facettes : l’aspect musical et la formation d’enfants de chœur pour le chant. Des musiciens de prestige comme Anselm Viola ou Benet Julià, enfants du village, ont reçu leurs premières leçons à la Chapelle avant de rejoindre Montserrat. 

Déjà au xviiie siècle bien avancé, la crise économique a fait que les musiciens eux-mêmes aient à s’occuper de toutes les musiques qui, aux côtés des influences italiennes, ont fourni une similitude de styles, tant dans la musique religieuse que civile. C’est l’époque où l’église de Sant Genís a engendré d’éminentes personnalités : Arquimbau, Serratosa, Prat, Marqués, Juncà... Tous des musiciens qui recherchaient un bon travail ou un tremplin pour occuper des fonctions aux sièges des institutions les plus importantes. C’est aussi l’époque où l’engagement de coblas de musiciens s’est popularisé lors des cérémonies. 

Au début de la Révolution Française, la situation politique, la crise économique et les désamortissements provoquent un désintérêt croissant à l’égard de la musique de Chapelle ainsi qu’une baisse des aides financières envers ces institutions. À Torroella, au cours du xixe siècle, les fonctions de responsables musicaux ont disparu à Sant Genís.

Nous espérons que, ces prochaines années, d’autres recherches feront apparaître de nouvelles trouvailles musicales et de plus amples données venant étoffer l’information que nous possédons déjà sur notre Chapelle de Musique : un centre musical important, où les villageois d’autrefois ont pu se consacrer à la musique et transmettre aux futures générations le goût et le besoin d’en faire un mode de vie.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies En savoir plus
ACCEPTER